Comment conserver nos sols ?

Le dioxyde de carbone est l’un des principaux gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement de la planète et au changement climatique. La combustion de combustibles fossiles pour faire fonctionner les automobiles et les centrales thermiques, la déforestation croissante, la dégradation des sols sont quelques-unes des raisons principales de la croissance rapide de la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et les océans. Heureusement, dans la lutte contre le changement climatique, la solution pourrait se trouver juste sous nos pieds !

Des sols sains pourraient être essentiels pour atténuer les conséquences désastreuses du changement climatique. Cependant, les pratiques agricoles actuelles ont entraîné une dégradation et une érosion drastiques des sols, ce qui a eu pour conséquence la perte de la capacité de rétention du carbone du sol dans de nombreuses régions du monde. Dans de nombreux pays du continent Africain, en Asie, en Amérique latine mais également dans les Caraïbes, les cultures agricoles intensives ont énormément détérioré le fonctionnement des sols et entraîné une érosion irréversible.

Un sol sain aide à séquestrer et à retenir le dioxyde de carbone, ce qui empêche une grande partie du CO2 de s’échapper dans l’atmosphère. La quantité de carbone organique est plus importante dans le sol que la quantité de carbone combinée de l’atmosphère et de la végétation. Le potentiel de séquestration du sol d’une région dépend de la quantité de matière organique dont il dispose, ce qui signifie qu’un sol à forte teneur en matière organique aura une plus grande capacité de rétention du dioxyde de carbone.

Cependant, la dégradation des terres due à de mauvaises pratiques agricoles telles que le labour et le compactage, la perte de nutriments, la déforestation, les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations et les sécheresses, et l’urbanisation ont entraîné une érosion de la matière organique du sol. Cela a eu pour effet de libérer davantage de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ce qui a déclenché une hausse des températures et des événements liés au changement climatique.

Tout n’est pas encore perdu ! Si nous voulons que le sol nous rejoigne dans notre guerre contre le changement climatique, nous devons le gérer de manière plus durable. Les scientifiques ont analysé l’évolution de la structure des sols dans le monde entier pour comprendre l’effort de restauration que nécessiterait le sol dans différentes régions. Il est nécessaire de sensibiliser les communautés qui dépendent fortement des activités agricoles pour leur subsistance aux meilleures pratiques agricoles.

Une rotation régulière des cultures, un travail minimum du sol, la plantation des cultures en travers des pentes plutôt qu’en bas des collines, la restauration de la matière organique dans le sol et la mise en œuvre d’une planification supérieure de l’utilisation des terres contribueront à maintenir la santé des sols. En outre, avec l’explosion démographique dans la plupart des régions du monde, les activités d’urbanisation rapide ont entraîné une érosion drastique des sédiments du sol.

Les décideurs politiques et le gouvernement doivent formuler de meilleures stratégies pour réduire l’érosion des sols et s’efforcer d’accroître la capacité d’adaptation de la population afin qu’elle reste résistante face à des événements climatiques extrêmes tels que les inondations et la sécheresse, qui peuvent détruire d’immenses superficies de terres fertiles. S’il n’est pas bien géré, le sol, qui pourrait être le meilleur allié pour relever le défi du changement climatique, pourrait devenir l’un des principaux contributeurs au réchauffement de la planète. C’est à nous de choisir !

Ecologie Citoyenne – Le blog pour en savoir plus sur l’écologie

Lire les derniers articles